Accompagner la croissance de nos animaux

 

Accompagner la croissance de nos animaux

 



Nourrir

Le temps accordé à la distribution des aliments est important en pisciculture. Il demande un fort sens de l’observation car la priorité est de distribuer la juste quantité d’aliment en fonction des besoins de nos cheptels. Lors de cette action, le pisciculteur vérifie que le poisson cherche bien à manger les granulés dispersés à la surface de l’eau.

Les aliments aujourd’hui utilisés en Bretagne sont des aliments dits « extrudés », c’est-à-dire qu’ils vont flotter à la surface et non pas couler au fond des bassins. Cela permet de diminuer les concentrations en nutriment à la sortie de nos élevages et d’atteindre une performance alimentaire parmi les plus efficaces des filières d’élevage.

Les aliments distribués répondent à différents cahiers des charges afin d’assurer la pérennité et la traçabilité des matières premières utilisées. En fonction d’un élevage traditionnel ou en agriculture biologique, des audits externes permettent d’assurer le respect des normes fixées. La plupart des pisciculteurs bretons sont également engagés dans la démarche qualité « Aquaculture de nos régions ».




Déplacer et trier


Au fil de leur croissance, nous allons déplacer à plusieurs reprises les bandes de poissons dans différents bassins. Gagnant en taille, il est nécessaire de les séparer en plusieurs lots afin que les densités dans les bassins soient équilibrées. Cette étape est importante tant pour le bien-être de nos cheptels que pour créer des conditions de vie favorisant leur bon état de santé.

Pour trier les poissons, nous plaçons des systèmes de pêche (élévateur ou pompe) dans un coin du bassin. Ils sont alimentés en eau et sont reliés à un « trieur » qui va répartir les poissons dans différents bassins en fonction de leur taille. C’est une étape qui nécessite minutie et soin afin d’éviter tout choc qui pourront impacter la vitalité des poissons.

Pour orienter les poissons vers ces systèmes de pêche mécanisés, nous utilisons un cadre que nous poussons progressivement vers l’appareil. Cette étape représente un travail physique important mais la modernisation de nos sites d’élevage et de leurs équipements a permis d’améliorer très nettement nos conditions de travail.

Ce procédé est également appliqué lorsque les poissons ont atteint leur taille commerciale pour les déplacer dans les unités de transport qui les amèneront dans les ateliers de transformation.


Réaliser la traçabilité et le suivi de l’élevage


La pisciculture nécessite de suivre plusieurs générations de cheptels évoluant simultanément dans une même exploitation. Cette étape est d’autant plus importante en salmoniculture où les cycles d’élevages sont longs, majoritairement entre 2 et 3 ans. Le suivi nous permet de gérer la rotation entre les bassins, les besoins des sites en aliments et la vente de nos poissons à des tailles commerciales répondant aux demandes de nos clients. Le suivi des cheptels présents permet également d’anticiper au mieux les périodes plus critiques comme les périodes sèches où la ressource en eau limite nos capacités d’élevage.

Aujourd’hui de nombreux outils informatiques nous permettent de suivre et d’enregistrer avec précision de nombreux paramètres : stock dans les bassins, origine de la bande de poissons présents, derniers tris, poids moyens, âge… Le travail de pisciculteur se numérise et le nombre de données à suivre et enregistrer quotidiennement se multiplie tant pour le fonctionnement d’une pisciculture que pour le respect des réglementations ou encore garantir la qualité de nos produits à nos acheteurs. Etre pisciculteur, ce n’est plus seulement un travail physique en extérieur mais aussi, et de plus en plus, la réalisation de tâches administratives.